# PARKING

Chroniques d’un monde où la politique semble avoir été siphonnée.bouton photos site

La compagnie mkcd continue son exploration de thèmes sociaux par le prisme de spectacles vivants. Alliant interrogations contemporaines, exploration de l’intime et du quotidien, et fictions à la frontière du réalisme, du burlesque et du drame, nous nous attelons pour ce premier spectacle conçu pour l’extérieur à un sujet qui encore une fois nous touche de près, et qui conjugue trois questions : les classes moyennes existent-elles ? échappe-t-on jamais à sa classe sociale ? est-ce que la précarité est une réalité assez tangible aujourd’hui pour former un groupe politique ?

Matthias Claeys est lauréat de l’Aide Nationale à la Création (catégorie littérature dramatique) d’ARTCENA pour le texte de la pièce.

PARKING est une fresque sociale, qui met en scène 17 personnages, dont certain·es travaillent à l’hypermarché du coin, et qui tous et toutes doivent réagir face aux pressions sociales. Ce sont des histoires, petites, particulières, qui s’entremêlent pour finir par en former une grande, ça parle de solitude, de solidarité, de peur, d’envie de changement.

« J’avais envie d’explorer, à travers ce spectacle, le sentiment de précarité, d’abandon peut-être, de ceux qu’on appellerait « les gens ». Les gens, qui sont souvent les autres que soi, qu’on considère dans leur masse dont on sait faire partie et dont on voudrait pouvoir se défaire, quelques fois. Les gens qui représentent la classe sociale dont je suis issu. Les gens qui votent comme ci, les gens qui se comportent comme ça, les cibles marketing de certains produits, celles et ceux à qui s’adressent les journaux télévisés, celles et ceux pour qui parfois les pouvoirs publics réclament du divertissement et pas de « l’art pour Parisiens », pour qui on fait des zones d’activités commerciales, à qui les présidentiables disent qu’ils les ont compris et qu’ils sont le coeur de la France, les vrais, les purs, les durs, ceux qui peinent, se lèvent tôt, sont au chômage mais ne doivent pas finir assistés par la société dont ils ne feraient alors plus partie, à qui ont vend des vacances, des télévisions, des programmes de fitness, des recettes de cuisine… Cette classe sociale, qu’on appelle classe moyenne (parfois on met le terme au pluriel), qui semble condamner celles et ceux qui en font partie à ne jamais avoir un sentiment d’appartenance (comme on peut en avoir – a pu en avoir – dans le milieu ouvrier, comme on en a dans les milieux notables, dans la grande bourgeoisie et/ou le grand patronat), qui est une zone floue, celle de la majorité silencieuse à qui on fait dire ce qu’on veut, de personnes qui vivent entre la peur du déclassement, de la chute, de la précarisation, et l’envie d’accéder enfin à la classe d’au-dessus, celle qui connait des choses inaccessibles, qui marche sur ce qui est le plafond (de verre) des autres. »

Matthias Claeys

« Pourquoi, moi qui ai tant éprouvé la honte sociale, la honte du milieu d’où je venais quand, une fois installé à Paris, j’ai connu des gens qui venaient de milieux sociaux si différents du mien, à qui souvent je mentais plus ou moins sur mes origines de classe, ou devant lesquels je me sentais profondément gêné d’avouer ces origines, pourquoi donc n’ai-je jamais eu l’idée d’aborder ce problème dans un livre ou un article ? Formulons-le ainsi : il me fut plus facile d’écrire sur la honte sexuelle que sur la honte sociale. »

Didier Éribon, Retour à Reims

 

En plus, à côté, au-delà du spectacle, un site internet a été créé : AUTOURDEPARKING.COM

Cette plateforme, conçue comme un satellite en orbite du spectacle, rassemble des entretiens, des témoignages de personnes rencontrées au gré des rues, près des lieux nous accueillant en résidence, ou suite à des appels sur les réseaux sociaux, qui nous parlent de leur rapport au travail, aux classes sociales, aux possibilités de lutte.

 

Comme première étape de travail, la compagnie MKCD a proposé une lecture de la pièce par les interprètes le 21 septembre 2018, à l’Espace Imaginaire, qui a été l’occasion pour Matthias Claeys, l’auteur de la pièce, de débuter un travail documentaire conçu pour alimenter le site internet autourdeparking.com, qui est un recueil d’entretiens et de témoignages autour des questions et thèmes qui parcourent la pièce (le travail, les classes sociales, les luttes, le refus…)

 

GÉNÉRIQUE

Texte et mise en scène : Matthias Claeys

Avec : Marie-Julie Chalu, Matthias Claeys, Kévin Dez, Manon Gallet, Lucie Leclerc et Françoise Roche.

Spectacle soutenu par Le Grand Parquet-Théâtre Paris Villette, le collectif 360, Mains D’Oeuvres, L’Espace Imaginaire, le collectif À Mots Découverts, ARTCENA et La Lisière.

Matthias Claeys a été lauréat de l’Aide Nationale à la Création, catégorie Littérature Dramatique, d’ARTCENA, pour PARKING en novembre 2018.

 

Lire le dossier du spectacle

 

Générique :

PARKING

texte et mise en scène : Matthias Claeys

Avec : Marie-Julie Chalu, Matthias Claeys, Kévin Dez, Lucie Leclerc, Manon Gallet et Marion Romagnan

Partenaire : collectif 360, le Grand Parquet-Théâtre Paris Villette, l’Espace Imaginaire-Mains d’Oeuvres

Illustrations : montages à partir de photographies de Ryan McGuire